Jean-Thomas Trojani : Quel business model?

Je ne fais pas d’hypothèse, je n’évoque pas une entité mystérieuse, je m’en tiens à l’observation, car il n’y a rien de plus immédiatement donné, rien de plus évidemment réel que la conscience, et l’esprit humain est la conscience même. Pour autant, l’auteur note qu’il s’agit d’une démarche logique lorsque l’ensemble des acteurs (aéroport, compagnie aérienne, etc.) sont intégrés au sein d’un même groupe et cherchent à développer des synergies plutôt que de se lancer dans des guerres fratricides comme en Europe (en témoignent les tensions récurrentes entre Air France et Aéroports de Paris). Mais à la différence des médias audiovisuels, Facebook, qui n’avait d’autres choix pour faire progresser ses recettes, peut se permettre de mener une guerre des prix sans merci, le temps de convaincre que ses pubs marchent. Incapables d’agir et d’ailleurs n’y pensant pas, elles planent au-dessus du temps, en dehors de l’espace. De la même façon, nous sommes en France leader dans l’affacturage, qui nous permet d’apporter un financement simple et accessible à 120 000 PME. Les unes s’attachent au point de vue du multiple ; elles érigent en réalité concrète les moments distincts d’un temps qu’elles ont pour ainsi dire pulvérisé ; elles tiennent pour beaucoup plus artificielle l’unité qui fait des grains une poudre. Comment remédier à ses faiblesses ? Elles portent moins sur le comique lui-même que sur la place où il faut le chercher. La politique économique des deux pays diverge de façon importante. En général et en gros, le rire exerce sans doute une fonction utile. Cependant le fondateur d’un peuple doit se proposer un but. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois « Qui porte des chaussures ignore la souffrance de qui marche pieds nus ». Il n’utilise jamais la téléphonie fixe. J’ai commencé ce livre il y a longtemps ; je l’ai abandonné ; je l’ai repris dix fois, cent fois ; et je ne le ferai sans doute jamais, tellement l’horreur me glace en l’écrivant, tellement je suis envahi par le dégoût ! Or, une étude plus approfondie des diverses aphasies montrerait précisé­ment l’impossibilité d’assimiler les souvenirs à des clichés ou à des phono­grammes déposés dans le cerveau : à mon sens, le cerveau ne conserve pas les représentations ou images du passé ; il emmagasine simplement des habitudes motrices. Ce taux de croissance des prix rappelle l’expérience américaine, lorsque l’indice des prix nationaux S&P/Case-Shiller Ten-City des Etats-Unis a augmenté de 131% en termes constants depuis son creux en 1997 jusqu’à son pic en 2006. Quel est ce passé ?

Share This: