L’avenir semble radieux pour le groupe.

Dans le sud de la France, le type d’énergie a moins d’impact.Dans d’autres pays européens, la mise en place de ce nouveau mode de financement des infrastructures ne s’est pas non plus passée sans heurts.Enfin, elles doivent se regrouper pour gagner les appels d’offres les plus importants face aux grands groupes.Comme l’avait dit Christian Navlet, la partition patronale à venir sera celle du Boléro de Ravel, elle se fera entendre crescendo et sera répétitive pour bien marteler le credo : la victoire de l’emploi repose sur les entreprises et rien ne sera réussi sans leur donner un environnement social, fiscal et juridique plus favorable.Nous parlons aujourd’hui d’une autre Europe, plus démocratique par exemple mais nous ne savons pas la définir.Sans compter ceux qui se livrent au bien périlleux exercice de la prédiction… S’il fallait n’en lire qu’un, sans doute, The Leaderless Economy, paru en fin d’année dernière aux Etats-Unis aux Editions de l’université de Princeton, devrait être celui-là.Pour autant, l’objectif initial poursuivi par les banques centrales – à savoir le rétablissement de la croissance économique – se retrouve aujourd’hui dévoyé puisque cette création monétaire intensive profite bien plus à l’appréciation spectaculaire des marchés boursiers qui sont propulsés à des records historiques, ou en tout cas à des niveaux en déconnexion totale avec l’économie réelle.Pas une semaine, où une, voire deux, études énoncent toujours la même vérité.Soit une drôle de conception de l’effort et de la responsabilité.Découvrez en vidéo les avantages de rouler en électrique avec Nissan.Ils ignorent tout de leurs voisins et les mécanismes de participations leur permettent de se trouver.Cependant, l’arbitrage peut engendrer des coûts assez élevés qu’il faudra mesurer.Elle est le résultat de l’évolution mondiale des prix (gaz à la hausse, charbon à la baisse), aggravée par un marché des quotas de CO2 européen moribond.

Share This: