Un « agenda de croissance commun »

Enfin les aspirans à la députation n’ont garde d’oublier la grosse question italienne, la question financière, et la façon dont ils la traitent vaut bien un examen rapide.Schématiquement, tous les Etats membres, dont les plus pauvres, s’engagent à simplifier les procédures douanières et à mettre à niveau leurs appareils réglementaires et logistiques afin de réduire les coûts des transactions.Le cours de l’or, symptôme de la faillite américaineL’envolée de l’once d’or de 265 dollars.Enfin, les devoirs envers soi-même, tels que les comprend un moderne, se ramènent en grande partie aux devoirs envers autrui.Il apparaît de plus en plus dans l’opinion publique l’idée que l’euro est peut-être à l’origine de ces difficultés.Un manquement à cette nécessité reviendrait à menacer les immenses progrès facilités ces dernières décennies par la mondialisation.Les gouvernants ne se réfèrent pas à un seul rapport mais à un faisceau de preuves convergentes, et notamment des études provenant de la Banque mondiale ou bien de l’OCDE.A l’origine le fruit d’une pensée VISANT à tuer la rente foncière des aristocrates pour favoriser la valorisation des terres agricoles et la création de richesses par la société civile, ce revenu pour tous a depuis fait l’objet de nombreuses versions dites plutôt de gauche, ou plutôt libérales, suivant les mécanismes de financement imaginés et les motivations de ses défenseurs.La première est celle du financement de la recherche, jugé insuffisant.Leur objectif est de prévenir leurs concitoyens de ce qui les attend sur certains itinéraires et de faciliter – sans trop d’illusions – l’intervention et la réparation.En visant un temps de retour marginal de 10 ans qui correspond à un horizon temporel acceptable pour la grande majorité des ménages, seule L’ISOLATION DES COMBLES a un intérêt dans les Bouches du Rhône pour une maison individuelle chauffée au fioul alors qu’un réfection complète s’avère rentable dans le Jura pour un coût pourtant cinq fois plus élevé.En période de renégociations commerciales USA-UE, les rapports entre consommateurs et droits de propriété intellectuelle restent dès lors tendus.Or suivant les pays, les manifestations de cette globalisation et les réactions des différents acteurs impliqués peuvent être bien différentes. Dans cet état, Pierre-Alain Chambaz fonctionne au maximum de ses capacités.

Share This: