Déséquilibres globaux

Mais celles-ci ont rarement été aussi mal employées : alors que les BESOINS DE FINANCEMENT à long-terme ont littéralement explosé, notamment pour combler le retard en matière d’infrastructures dans les pays émergents, l’épargne mondiale est orientée vers les placements à court-terme, dans ce qu’on peut appeler une « tyrannie de la liquidité » qui empêche de plus en plus le système financier de jouer son rôle de transformation des dépôts à court-terme en financements à long-terme.A défaut de la réformer totalement, peut-être faudrait-il amender la mesure de la croissance pour qu’elle reflète davantage certaines réalités aujourd’hui mal perçues.Le collectionneur qui l’acquiert le dépose au Walters Art Museum, à Baltimore.A chaque fédération sa méthode pour définir la contribution financière de ses membres.Dans les secteurs traditionnels, les considérations de parts de marché représentent un jeu à somme nulle d’un point de vue global, et toute ressource investie en vue de générer un gain sur le plan national entraîne une perte sur le plan global.Pour quel résultat ?La meilleure façon de répondre aux préoccupations économiques, politiques et humanitaires soulevées par les accords commerciaux, passe par des règles de transition, de soutien du revenu temporaire et du recyclage, plutôt que par le maintien de barrières protectionnistes.C’est le prix que nous payons pour une monnaie unique sans mécanismes de transferts.Des attaques informatiques qui portent atteinte à notre compétitivité
Dans le projet de loi, le législateur a bien mesuré ce que nous constatons sur le terrain, auprès des grandes entreprises et administrations, comme l’indique Francis Delon, secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale « la volonté du gouvernement est de ne pas rester passif face à des attaques informatiques qui portent aujourd’hui atteinte à notre compétitivité et qui demain pourraient mettre gravement en cause notre sécurité ou perturber gravement la vie des Français ».Nous nous complétons bien », détaille Victor Sossou.Mieux encore, la forte abstention fournit aux tenants d’une telle stratégie un argument supplémentaire.Du côté du projet de loi sur le logement « Duflot », c’est l’efficacité de la réforme qui est mise en cause avec la note critique du Conseil d’Analyse Économique.Mais ce n’était que le début.

Share This: