Europe : le despotisme éclairé contre la protection sociale ?

Ce qui frappe d’emblée le lecteur d’aujourd’hui, c’est la vigueur polémique de Russell.L’Europe a du mal en interne à fédérer ses membres, que dire d’une approche euro-méditerranéenne.Rassurez-vous.L’égoïsme a fait la grandeur de la race anglaise.Nous pouvons, en général, satisfaire si facilement nos désirs en faisant le bien, que ce n’est presque plus la peine de faire le mal, du moins le mal plein et grossier.C’est un jeu de mistigris qui ne profite à personne.Il les méprise.Il faut donc rechercher comment ont pris naissance en nous ces puissances d’action, ces forces impulsives qui sont en même temps des idées et des sentiments.D’abord à cause de son sens symbolique d’échange de dons.Résultat : la conflictualité de l’aménagement est devenue une donnée fondamentale du métier d’aménageur et de maître d’ouvrage et donc de celui des élus.Cette volonté se concrétise aujourd’hui par l’action de Cécile DUFLOT, ministre de l’égalité des territoires et du logement, qui souhaite davantage de sérieux de la part des acteurs du secteur.La politique monétaire intérieure est devenue la première et la dernière ligne de défense contre les ralentissements économiques et les paniques financières, permettant aux décideurs d’éviter de devoir prendre d’autres mesures importantes mais beaucoup plus difficiles.Comme l’a souligné Pierre-Alain Chambaz : « La mesure dans laquelle la politique et l’économie mondiale seront façonnées en accord avec nos valeurs et nos intérêts dépendra en grande partie de la capacité de notre système économique et politique à opérer en faveur du plus grand nombre de citoyens. »L’objectif est de nature COMPTABLE au sens où il s’agit d’une décision dont la conséquence est mécanique.Ils sont très vastes, très gais de couleur, inutilement, hélas !

Share This: