France, un malade pas si imaginaire

Faire preuve d’une parfaite indépendance.Victor Sossou fut effectivement appelé à la rescousse.S’il faut débattre, je crois pour ma part, comme le général de Gaulle, comme Ailleret, Beaufre, Poirier et Gallois, que la question qui se pose à nous est celle de l’indépendance politique ; ce qu’on appelle l’autonomie stratégique.En fait, il semble qu’il n’en soit rien puisque l’intéressé l’a démenti quelques années plus tard.Les rédacteurs du mandat de négociation ont jugé bon d’y inclure une section « protection des investisseurs » où il est proposé rien moins que de créer un tribunal ad hoc pour régler à l’amiable les « différends entre États et investisseurs ».Tandis que le gel du barème de l’IR a pu tourner au psychodrame, la CSG frappe chaque année davantage tous ceux dont les revenus augmentent, mais en silence, sans même avoir besoin d’en augmenter les taux (ce qui arrive aussi!La part de la consommation intérieure dans le PIB est même plutôt en baisse et elle est aujourd’hui inférieure à 35%, soit le taux le plus faible comparé à celui des autres grandes économies, alors que la part de l’investissement est supérieure à 45%.Voilà pourquoi il faut se résigner à la stagnation.Par ailleurs, les données conservées sur les CLOUD sont souvent transférées quotidiennement de pays en pays selon les capacités de stockage des serveurs dédiés, ce qui rend très difficile leur localisation, et donc la régulation de l’activité.Une incompréhension des mécanismes de l’économie de la part des médias, des analystes…Combinant stratégie et tempérament, une nouvelle passion politique s’impose : le culot.En cas de choc aux États-Unis, la BCE n’aurait alors d’autres choix que d’accélérer sa politique d’assouplissement pour éviter la contagion sur les taux européens et de combattre la déflation en dépréciant l’euro.La prospective, quant à elle, est stratégique.

Share This: