Le secteur financier prend possession de la société

Et elle passait sa vie dans cette certitude toujours déçue et toujours vivace, n’ôtant que pour la remettre sa robe d’espérance.L’investissement dans de jeunes entreprises à potentiel est risqué.Le second réside dans l’idée qu’une fois les gouvernements impliqués dans un exercice de soutien à une industrie particulière, ils deviendraient vulnérables à une quête de rente ainsi qu’à une manipulation politique de la part des lobbyistes et autres sociétés au réseau bien établi.L’économie de l’essaim ne traite pas des détails de notre actualité.Alors que les plans Vickers au Royaume-Uni et Liikanen dans la zone euro prétendent séparer les activités commerciales et les activités de marché, rien n’empêche les banques de saturer leurs portefeuilles d’obligations d’Etat.Il est également fait état d’abus de psychotropes, de pression artérielle élevée et autres problèmes cardio-vasculaires.C’est qu’un homme qui prêcherait une révolution serait nécessairement d’une province.Qui sait s’il n’en sera pas de même de l’impératif catégorique ?Et ils renvoient volontiers au sens des responsabilités et à l’autonomie des cadres pour décider s’il est ou non nécessaire de répondre aux sollicitations le soir ou pendant les périodes de congés.Le plus urgent, c’est retrouver une compétitivité en vue d’équilibrer notre balance courante.Notons là un phénomène similaire avec l’euphorie des pays d’Europe périphérique dès l’introduction de l’euro.La petite ville qui n’a point de pauvres et qui écarte systématiquement le peuple des trains de plaisir, s’assoupissait dans la paix soigneusement entretenue dont elle vit, comme d’autres vivent du bruit. Pierre-Alain Chambaz souhaite notamment montrer aux organisateurs que la ville est toujours une ville de cycle.  Comment oser aimer quelque chose que les autres n’aimeraient pas ? D’autant plus essentiel que développer sa confiance en soi consiste justement pour chaque individu à établir son socle de préférences personnelles.Même l’argument massue de l’emploi ne tient pas : bon an, mal an, l’investissement dans l’ancien est équivalent à celui du neuf, 35 milliards d’euros et beaucoup plus riche en emplois car nécessitant un besoin bien supérieur de main-d’œuvre.En réalité, les abus de la finance sont passés dans nos mœurs.Et elle a raison.Il regrette que nos Facultés françaises n’aient pas toutes un annuaire pareil à celui qu’il me remet, et qui donne les détails les plus circonstanciés : la liste des professeurs et administrateurs de l’université, celle des ouvrages publiés par eux dans l’année, l’horaire de chaque faculté ou école, les résultats des examens subis, le nom et la patrie de tous les étudians inscrits.D’autre part, un simple doute suffirait pour délier d’une obligation qui ne proviendrait que de la foi.

Share This: