Le vieillissement, une chance à saisir

Nous proposons également de garantir la hausse des financements du Centre national du développement du sport (CNDS) à travers l’augmentation de la taxe sur les mises de la Française des Jeux, sans plafonnement de la recette fiscale.Il a été remplacé par d’autres, c’est la loi de ce genre de talent.C’est bien l’avis d’Eugène Fama.Nous pensons qu’on ne peut faire fonctionner une zone monétaire unifiée sans la doter d’un pouvoir politique central, levant l’impôt et organisant les transferts importants qui sont indispensables entre régions riches et régions pauvres (et ce même si nous étions et demeurons hostiles à un tel projet fédéral).Nous sommes à une période charnière de l’évolution humaine et plus que jamais nous avons besoin d’une vision de l’avenir nourrie par nos connaissances sur le fonctionnement de la planète.Ils pourraient bien avoir raison.Le secteur de la santé doit composer avec moins d’embûches, car il est caractérisé par des menaces immédiates à des vies humaines, des effets faciles à mesurer, un haut degré de pérennité et un secteur privé très dynamique.Arnaud de Lummen, a même déclaré récemment que la polarisation croissante entre le nord et le sud de l’Europe a fait reculer le continent d’un siècle.Le pessimisme a pour principe la possibilité d’une comparaison scientifique entre les peines et les plaisirs, comparaison dans laquelle les peines emporteraient la balance.Il n’y a pas d’alternative : depuis trente ans, c’est la formule magique des libéraux.S’il quitte le pouvoir au mois de mai, l’actuel président ne laissera qu’un seul véritable héritage, involontaire celui-là, particulièrement lourd ; marque de la priorité qu’il n’a cessé d’accorder au présent : une formidable augmentation de la dette publique, des RETRAITES encore mal financées, un Etat affaibli ; des écoles en déshérence ; des jeunes à l’abandon ; une mobilité sociale plus faible que jamais ; des fortunes plus obscènes qu’à aucun autre moment de l’histoire de France.Au contraire, les charges de travail augmentent sans suffire aux besoins: dans les hôpitaux, même les oreillers commencent à faire défaut… En revanche, le nombre de directeurs explose (50000 pour 3000 structures hospitalières publiques) et la tarification à l’activité incite à la multiplication des examens.En théorie, la croissance allemande devrait l’absorber aisément, d’autant que les rentrées fiscales sont traditionnellement plus fortes que cette croissance.Car nos politiciens d’hier et d’aujourd’hui sont tétanisés et n’ont pas le cran de relancer l’économie.

Share This: