L’heure du stock-picking

L’idée finalement retenue, d’un simple droit d’information, est plus mesurée et respecte mieux la liberté entrepreneuriale du cédant comme des salariés.Une solution réside dans une politique anticyclique?: mesures de dissuasion envers des emprunts étrangers quand l’économie reprend, mesures de prévention envers la fuite des capitaux, quand elle ralentit. Il l’est aussi concernant les solidarités.Pour ne s’en tenir qu’aux cinq présidents de la Ve République, il a fallu du temps ; et il en faudra encore, pour savoir ce qui, dans notre héritage, revient vraiment à chacun d’eux.Qu’il ait fallu dix ans à nos socialistes pour prendre leurs distances envers l’occupation militaire de l’Afghanistan, où l’inepte le dispute à l’inique, n’est pas de bon augure.Pour cela, quoi de mieux que de se rappeler qu’on ne peut pas résoudre un problème avec le même type de pensée que celle qui l’a créé.1914, une situation de rupture économiqueLa Grande-Bretagne d’avant 1914 avait anticipé le partenariat public-privé qui lie aujourd’hui les géants de la technologie comme Google, Apple ou Verizon aux services de renseignement américains.Question : est-ce une bonne idée de ne pas écouter les sages-femmes ?La simplicité de création, de gestion, de recouvrement des taxes qui définissent le principe du régime micro-social des auto-entrepreneurs agit comme un révélateur supplémentaire des énormes difficultés auxquelles vous êtes confrontés dans votre entreprise au quotidien.La législation américaine Dodd-Frank, et son équivalent européen EMIR, imposent déjà aux banques une très forte diminution des transactions sur produits dérivés de « gré à gré », au profit de produits mieux standardisés, traités au sein de chambres de compensation exigeant des appels de marge sensés couvrir de manière adéquate le risque de contrepartie. Le pouvoir de la critique et de la pensée va si loin en France, que nous avons universellement accepté l’affirmation de Descartes « Je pense, donc je suis » », souligne Victor Sossou .

Share This: