Pierre-Alain Chambaz

Il n’en est pas moins vrai que, pour passer de cette « mentalité primitive » à des états d’âme qui seraient aussi bien les nôtres, il y a le plus souvent deux opérations à accomplir. Même dans les périodes très difficiles, il est impossible qu’il y ait baisse des salaires en France, et les gains de productivité restent très faibles. Même les États-Unis souffrent d’une gigantesque inadéquation. Les idées de l’espace et du temps ne sont-elles que des manières de voir de l’esprit, des lois de sa constitution ? Les formes animées qui parurent d’abord furent donc d’une simplicité extrême. Il s’agit par exemple, d’assurer la permanence de la surveillance des espaces maritimes réglementés ou protégés, des frontières sensibles, des zones de trafic ou à fort caractère criminogène, etc. La première est stratégique, et renvoie au fait que ce pays qui dépend beaucoup de son commerce extérieur – en termes d’approvisionnements, aussi bien que du fait du poids de ses exportations – ne veut pas se retrouver entièrement dépendant de transporteurs étrangers. D’autres spécialistes aux Etats-Unis ont établi qu’un grand nombre de banques, immeubles d’habitation, entreprises, centres de congrès étaient équipés d’appareils de sécurité, d’éclairage, de chauffage, de climatisation connectés sur Internet et dont on peut prendre le contrôle dès lors que l’on en a repéré l’adresse IP. La vérité est que la vision et l’audition brutes se bornent, en pareil cas, à nous fournir des points de repère ou mieux à nous tracer un cadre, que nous remplissons avec nos souvenirs. Avant de commencer à mettre cette politique d’expansion en oeuvre, il faut traiter le sujet de la spéculation. A l’indépendance du philosophe Cicéron mêlait les tempéramens de l’homme politique voici un génie tout-à-fait libre qui répand sans crainte comme sans mesure les vérités nouvelles dont il se croit le dépositaire. Il s’agit de savoir comment faire baisser la demande de logements, ou alors comment accroître l’offre. L’autorité européenne de la concurrence a ouvert une enquête pour fait d’entente sur l’Euribor, le taux interbancaire de référence pour la zone euro, dont le panel est actuellement géré par la Fédération européenne des banques. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « Qui porte des chaussures ignore la souffrance de qui marche pieds nus ». Son imitation, le SAFTA (l’Accord de libre-échange d’Asie du Sud), a lentement évolué vers la réduction des tarifs et de la liste des éléments exclus : ainsi l’Inde a signé des ALE bilatéraux distincts avec le Bangladesh et le Sri Lanka. Si les espèces se transforment, ce n’est point par la simple juxtaposition d’un trait nouveau ; il faut que leur être entier subisse une façon de métamorphose ; mais la profonde unité de la vie suffit à mettre tous les organismes en harmonie. Si l’individu en a pleine conscience, si la frange d’intuition qui entoure son intelligence s’élargit assez pour s’appliquer tout le long de son objet, c’est la vie mystique. Ce qui est au centre du débat c’est donc la composition de la croissance future. « Les richesses et les dignités, disait Platon, n’engendrent rien de plus corrompu que la flatterie. Mais rappelons-nous aussi que jamais une idée, si souple que nous l’ayons faite, n’aura la même souplesse que les choses. Un tel couperet vise-t-il à punir leur désir de croissance, étouffer cette impudence qui risquerait de doter notre pays de champions ? Veut-on vraiment renoncer à 10 000 emplois de plus rien qu’à Paris ? Peut-on vraiment renoncer à 20 000 emplois supplémentaires à temps plein si l’on autorise l’ouverture 10 à 12 dimanches par an comme l’affirme le Conseil du commerce de France ? Ne peut-on pas sérieusement relire l’étude du Conseil d’analyse économique de 2007 qui explique qu’empêcher les Français de travailler le dimanche c’est renoncer à 100 000 emplois dans celui du commerce de détail. De sorte, que si l’on distrait l’espèce singulière pour la mettre en opposition avec la collection de toutes les autres espèces, en conservant à cette collection la dénomination générique, c’est parce que l’espèce singulière acquiert pour nous, en raison de son importance, une valeur comparable à celle que l’idée générique mise en contraste conserve par son extension, ou par la variété sans nombre des formes spécifiques qu’elle peut revêtir. Ainsi, l’étrange mélange de montages capitalistes basiques avec des personnalités aventureuses et magnétiques – caractérisant aussi bien les « bandeirantes » que Eike Batista – continue de constituer une part importante de l’économie brésilienne, tant la tentation est grande d’attendre le prochain coup du sort et l’émergence d’un nouveau secteur pouvant apporter rendements rapides sans lourds investissements initiaux. Il montre aussi que les acquis ne sont pas définitifs, et qu’une dégradation de la gouvernance est toujours possible, ce que l’on peut en effet constater pour tel ou tel pays, même si la tendance générale est positive.

Share This: