Pierre-Alain Chambaz

Et bien sûr en concentrant les subventions publiques vers les plus démunis, notamment pour la rénovation thermique de leurs logements. Aux dernières élections, cette opinion, déjà plus répandue, a trouvé plusieurs interprètes, dont le plus éloquent et le plus autorisé me semble avoir été M.Giuseppe Colombo, député de Milan et ancien ministre du trésor dans le cabinet Rudini. Comme l’a montré l’histoire récente de Renault, dont le capital est partiellement public mais qui a délocalisé la production et l’emploi de façon plus agressive encore que ses concurrents français, l’entreprise s’est longtemps abandonnée à un capitalisme hors-sol, pour des résultats qui, de l’avis de tous, ne sont pas à la hauteur. Puisque le redressement économique durable de la France est une question d’urgence, mieux vaut faire porter nos efforts les plus vigoureux sur les leviers les plus puissants. Insociabilité du personnage, insensibilité du spectateur, voilà, en somme, les deux conditions essentielles. Le mouvement au terme duquel est la spatialité dépose le long de son trajet la faculté d’induire comme celle de déduire, l’intellectualité tout entière. Mais il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais dans cette atmosphère un peuple intellectuellement actif. Nous disions que la né­gation n’est jamais que la moitié d’un acte intellectuel dont on laisse l’autre moitié indéterminée. Dans la première hypothèse, l’espace se réduirait à une abstraction, ou pour mieux dire à un extrait, il exprimerait ce que certaines sensations, dites représentatives, ont de commun entre elles. La Suisse vient d’être classée numéro 1 mondial de l’innovation par l’Insead: elle dispose d’établissements d’enseignement prestigieux comme l’EPFL de Lausanne, des industries leader dans l’horlogerie bien sûr, mais aussi dans la machine-outil, la pharmacie, l’informatique, et même le spatial, … et un écosystème de financement des entreprises performant. Si vous empiétez sur leurs droits, si vous leur faites subir une perte ou un dommage que ne justifient pas vos propres droits ; si vous usez de fausseté ou de duplicité à leur égard ; si vous vous servez contre eux d’avantages déloyaux ou simplement peu généreux, et même si vous vous abstenez par égoïsme de les préserver de quelque tort… vous méritez à juste titre la réprobation morale et dans des cas graves les animadversions et les punitions morales. Que les dépenses de santé que l’on a payées de sa poche au-delà du remboursement de la Sécurité sociale soient plafonnées, pour éviter que cette dépense, à maladie équivalente, représente deux mois de salaire pour les uns, quatre jours pour les autres ne serait pas une entorse à nos principes, mais un renforcement de l’équité. Et tout cela, hélas, s’organise au nom de l’Europe. L’organisme individuel cesse d’être isolé ; son centre de gravité se déplace par degrés, et il va se déplacer de plus en plus. Les impératifs de conservation des enregistrements imposent de conserver de grands volumes d’informations confidentielles pendant une longue période ; or, ces données peuvent avoir une durée de vie beaucoup plus longue si elles résident sur des bandes plutôt que sur d’autres systèmes informatiques moins durables. Quand une personne, ou par une promesse expresse ou par sa conduite, en a encouragé une autre à compter qu’elle agira d’une certaine façon, à fonder des espérances, à faire des calculs, à arranger une portion de sa vie sur cette supposition, cette personne s’est créé envers l’autre une nouvelle série d’obligations morales qui, en fait, peuvent être foulées aux pieds, mais qui ne peuvent être ignorées. Avec l’homme seulement, un saut brusque s’accomplit ; la chaîne se brise. Cette différence essentielle entre la tragédie et la comédie, l’une s’attachant à des individus et l’autre à des genres, se traduit d’une autre manière encore. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci  » L’expérience ne se trompe jamais, ce sont nos jugements qui se trompent « . C’est à la vie que nous demanderons le principe de la moralité. Mais nous ne voyons pas pourquoi l’on ferait difficulté d’accorder que dans ce qui tient aux facultés morales de l’homme, comme dans ce qu’on nomme proprement l’esprit, le génie, le caractère, les variétés de races ou même les variétés individuelles ont un champ plus libre que dans ce qui tient à l’organisation des facultés par lesquelles nous acquérons la connaissance des objets physiques et de leurs rapports. Aucune loi n’a présidé à leur naissance, non plus qu’à leur développement ; l’humanité a laissé ici libre jeu à son instinct de fabulation. Ce qu’il nomme ici distinct, il vient de le nommer isolé en disant : « Un objet isolé, considéré en tant qu’isolé, abstraction faite de sa nature ou de forme, prend le nom d’unité ». Et il est vrai que, paradoxalement, on sort de la lecture de cet éloge des penseurs tristes plutôt revigoré!

Share This: