Quand le mécénat crée la controverse

Le monde n’a ainsi jamais disposé d’autant de liquidités.N’en parlons plus.Amor fati (l’amour du destin) ?Quant aux objectifs politiques de la dernière campagne présidentielle, ils demeurent obscurs: les 500 000 logements par an qu’il est prévu de traiter sont un objectif trop important pour être réalisé en opération « trois étoiles » -le nombre actuel de ce type d’opérations est de 120 000- et trop faible par rapport aux 2 400 000 opérations ayant un impact énergétique, mais traitées le plus souvent dans le cadre du gros entretien courant comme le changement de chaudière ou la réfection de la toiture.Depuis mai, agence d’e-réputation s’active à ce nouveau concept.Pour ces derniers, cela crée de l’emploi pour des ingénieurs et des techniciens.Et, surtout, une atteinte à ce qu’il y a de plus cher pour l’entreprise et ses collaborateurs : la réputation.La réforme irait dans le sens d’une étatisation de l’assurance maladie et famille (surtout, si en même temps, une partie des cotisations employeurs étaient fiscalisées), avec le risque que les prestations sociales deviennent des variables d’ajustement des finances publiques.L’Etat-providence a amorti le plus dur de ces chocs et préserve aujourd’hui les maigres chances de reprise en maintenant à flot une consommation qui sans lui se serait effondrée.Mais tous les obstacles ne sont pas levés.Ce qui autoriserait, par exemple, la factorisation rapide de très grands nombres (utilisés comme clés de cryptage), prouesse dont les ordinateurs classiques sont incapables.Bitcoin ne s’appuie pas sur le principe de l’argent-dette mais sur le modèle mathématique d’un métal précieux: la quantité de bitcoin pouvant circuler sur le réseau est limitée par le protocole bitcoin à une valeur maximale arbitraire de 21 millions de bitcoins.

Share This: