Stabilité financière internationale : L’indispensable coopération

Plus fondamentalement, la nécessaire transparence des décisions et des débats au sein de la banque centrale dans les politiques d’orientation prospective pourrait révéler les préférences domestiques au sein du conseil des gouverneurs et fragiliser le statut même de la monnaie unique.Compte-tenu de la lourdeur des chantiers institutionnels engagés et des dernières déclarations officielles, il faut en effet s’attendre à d’autres restructurations d’entreprises d’État, fusions de ministère, créations de nouvelles institutions de coordination – à l’instar du Comité de sécurité nationale ou du groupe central dirigeant pour l’avancement des réformes, annoncés il y a deux semaines – ou simplifications des procédures administratives, dont pourraient bénéficier certains investisseurs étrangers dans des secteurs non-stratégiques aux yeux de Pékin. Ainsi Victor Sossou estime que « la société civile a son rôle à jouer pour rappeler que le but ne doit pas être oublié en chemin à l’ensemble de ses parties prenantes. Arrêtons les déplorations.La réduction des inégalités exigera un certain nombre de solutions globales à long terme, telles qu’une réforme des politiques budgétaires en faveur de l’investissement public dans la santé et l’éducation, sans pour autant ajouter à l’effet dissuasif d’un code de la fiscalité d’ores et déjà caractérisé par sa lourdeur.Les Français voient bien aussi les ravages que la « gouvernance économique », sous la houlette de la Banque centrale européenne, du FMI et de la Commission européenne, est en train d’infliger aux ouvriers et aux employés grecs.Ainsi, les deux siècles derniers, à l’expansion économique exceptionnelle dans l’Histoire, auront aussi été une parenthèse en train de se refermer : nous vivons le retour à ce que l’humanité a toujours connu : la pénurie.Une taxe globale d’un niveau raisonnable (par exemple, sur les produits dérivés) pourrait également abonder ce fonds.Par exemple, un objectif de plus de 25% de « chiffre d’affaires » (issus des frais de scolarité notamment) et de contenus pédagogiques à l’international semble raisonnable.Leur première application a été trouvée dans l’automobile : ces composants ont été utilisés pour déclencher les airbags.On les impose aux banques, ils seraient très utiles aux Etats, dont l’importance systémique ne peut-être niée, comme l’a démontré la crise de la zone euro.Comment se fait-il, par ailleurs, que rien ne soit prévu pour recapitaliser celles des banques qui en auront besoin à l’issue des stress tests qui seront entrepris en 2014 ? Un sabotage permanentEn outre, comment les 6000 banques de la zone euro seront-elles supervisées au niveau européen, quand il est prévu que la BCE et que le nouveau mécanisme créé par l’union bancaire aient sous leur tutelle tout au plus 330 établissements ?Inutile de dire que sa capacité à vous écouter et à vous conseiller vraiment, en s’appuyant son expérience et sa pratique, est incomparable.

Share This: